Inventaire du patrimoine du
Pays des Vals de Saintonge

Eglise Notre-Dame

Ternant
Eglise (sentier de l')
L'église depuis le sud-est.

Historique

Une première église existait à Ternant au 11e siècle. Celle-ci, qui fut donnée à l'abbaye de Saint-Jean d'Angély par les frères Jean et Aldmir Aimeri en 1091, a semble-t-il entièrement disparu. Toutefois, les pierres peintes disposées sans ordre dans les murs sud et nord proviendraient, selon toute vraisemblance, d'un édifice antérieur à l'actuelle église et auraient été reutilisées lors de la construction de celle-ci.

L'histoire de l'église actuelle est très peu connue. De style gothique, elle semble datable du 14e siècle. La façade occidentale et la première travée de la nef ont été remaniées, voire reconstruites, en 1771, comme l'indique la date inscrite au-dessus de la porte. A cette occasion, un dais sculpté de style gothique flamboyant, qui pourrait dater du 15e siècle, a été utilisé en remploi pour l'ornementation de la façade.

A la fin du 18e siècle, la paroisse de Ternant est rattachée à celle de Saint-Jean d'Angély, succursale de Bignay, et l'église n'est dès lors plus utilisée pour le culte. Encore en bon état en 1806, l'édifice se dégrade rapidement. Ce n'est qu'en 1855 que le conseil municipal décide de faire restaurer l'église et d'y adjoindre une sacristie. Cette dernière est construite en 1856 par l'entrepreneur Elie Biraud, dans une première tranche de travaux. Une seconde campagne est engagée en 1862, mais trop tard : la voûte s'effondre pendant l'été et la commune, manquant des ressources nécessaires aux réparations, décide de suspendre les travaux.

Dans les années qui suivent, un projet de restauration complète dressé par l'architecte Aimé Bonnet est mis en concurrence avec des devis d'entrepreneurs proposant des travaux à l'économie, ne concernant qu'une partie de la nef. La municipalité, qui penche en faveur de ces derniers, doit finalement, à l'invitation de la sous-préfecture, accepter le projet de l'architecte. Le 24 mars 1867, les travaux sont adjugés à l'entrepreneur Alphonse Lardy. La voûte de la nef est reconstituée suivant son état primitif, des madriers sont établis au-dessus pour établir un passage, le carrelage du choeur est posé, deux colonnes d'angle sont créées, la fenêtre de la façade ouest est restaurée, les murs sont recrépis. Le clocher est réparé en 1903.

En 1935, le musée de Saint-Jean d'Angély reçoit deux clés provenant de la voûte primitive de l'église de Ternant, offertes par le maire d'alors. Les collections du musée comptent aujourd'hui deux anciennes clés de voûte aux motifs similaires aux clés actuelles : il s'agirait des clés de voûte primitives de l'église de Ternant.

Des travaux de restauration de l'édifice sont réalisés au début des années 1990 : ceux-ci concernent la remise en état de la toiture du clocher, le rejointement des contreforts, la remise en état et le recrépissage des murs.
Datation(s) principale(s) : 14e siècle ; 3e quart 18e siècle
Datation(s) secondaire(s) : 4e quart 20e siècle
Date(s) : 1771 ; 1856
Justification de la datation : porte la date ; daté par source
Auteur(s) : Elie Biraud (entrepreneur) ; Bonnet Aimé (architecte) ; Lardy Alphonse (entrepreneur)
Justification de l'attribution : attribué par source

Description

L'église, flanquée de contreforts, présente un plan rectangulaire et un chevet plat, avec un clocher et une sacristie carrés accolés au nord. L'édifice, construit en pierre de taille, est orienté, c'est-à-dire que le choeur se trouve à l'est. Seule une partie des murs de la première travée de la nef et le sommet du clocher sont en moellons enduits.

La façade occidentale, en pignon, présente une porte en anse de panier, surmontée d'un dais sculpté et d'une étroite baie en plein cintre. Le chevet, le mur sud et la partie basse du clocher sont percés de fenêtres en arc brisé ornées de remplages gothiques. Le mur sud présente des pierres avec des traces de peinture : il s'agit de pierres provenant sans doute de l'église précédente, qui ont été réutilisées lors de la reconstruction. On peut notamment y voir des traces de faux appareil à joints rouges. D'autres traces de peinture sont visibles sur le mur nord, à l'intérieur de la sacristie.

Le clocher, percé en partie haute de quatre petites baies, est couvert d'un toit en bâtière. A proximité, dans le mur nord de la nef, se trouve une petite ouverture en arc brisé murée, à demi ensevelie. Un plan dressé en 1846 indique qu'il s'agissait d'une porte pour le sacristain. La sacristie, en moellons enduits, est accolée en appentis au mur nord du choeur.

On accède à la nef en descendant sept marches, qui témoignent de l'inclinaison du terrain et d'importants remblais effectués autour de l'église, le sol du bâtiment se situant très nettement au-dessous du niveau actuel du terrain. Les trois travées sont séparées par des colonnes engagées à bases prismatiques, dont deux sont surmontées de chapiteaux ornés de feuillages. Les voûtes actuelles sont en plâtre et présentent des clés ornées de motifs végétaux et de l'Agneau pascal. Les voûtes d'origine ont disparu, à l'exception de celle portant le clocher, présentant une croisée d'ogives reposant sur des culots. L'un d'eux est sculpté d'un personnage accroupi et un autre d'un griffon. Le clocher communique avec la nef par une ouverture en plein cintre. Le choeur est accessible par deux marches et dallé de tomettes entre lesquelles s'intercalent des cabochons d'ardoise. La baie axiale possède un vitrail représentant la Vierge avec l'inscription "S. S. COR MARIAE" (Saint Coeur de Marie). Une niche en plein cintre est aménagée dans le mur sud.

Le mobilier de l'église se compose d'un autel en pierre qui comporte un élément sculpté d'un blason très usé en remploi, d'un pupitre également en pierre, d'un confessionnal, d'une grande cuve baptismale circulaire, d'un chemin de croix en lithographie signé Mignard, de statues de Jeanne d'Arc, Saint Joseph et la Vierge. Cette dernière est signée "A. B." et datée de 1877.

Une porte dans le mur nord du choeur donne accès à la sacristie. A l'intérieur se trouvent une cheminée à manteau très simple, quelques meubles et ustensiles du culte, parmi lesquels deux prie-Dieu dont un sculpté d'une croix.
Technique du décor : sculpture ; vitrail ; peinture
Précision sur la représentation : Chapiteaux de colonnes engagées et clés de voûtes ornées de décors de feuillages. Clé de voûte sculptée d'un Agneau pascal.
Culots de la voûte du clocher sculptés d'un homme accroupi et d'un griffon.
Vitrail de la baie axiale représentant la Vierge.
Traces de peinture murale sur les murs extérieurs sud et nord de l'église.
Inscription(s) portée(s) sur l'édifice : "ANNO 1771" au-dessus de la porte.

Situation

Référence(s) cadastrale(s) : 1825 A 43 ; 2009 A 816
Canton : Saint-Jean d'Angély
Statut de la propriété : propriété de la commune
Etat de conservation : bon état



Documentation

Documents d'archives

A. D. Charente-Maritime. Série V, 52 V 1.
1806 : état des édifices du culte catholique de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1527 W 32.
1989, 22 décembre : note sur l'église.
1990, 7 mars : lettre du Directeur Régional des Affaires Culturelles au maire au sujet d'une demande de subvention pour de grosses réparations à l'église.

A. M. Ternant.
1855, 2 novembre : devis du plâtrier Bélissent pour la construction d'une sacristie à l'église de Ternant.
S. d. (1855, novembre ?) : lettre de la mairie au préfet au sujet des travaux.
1855, 18 novembre : procès-verbal d'adjudication des travaux, en faveur de l'entrepreneur Elie Biraud.
1856, 12 juin : procès-verbal d'acceptation des travaux réalisés par Elie Biraud.
1863, 6 avril : devis our des travaux de restauration, par l'architecte Aimé Bonnet, projet nul.
1866, 17 juin : devis estimatif pour une nouvelle charpente, par Jean Barré.
1866, 30 juin : devis estimatif pour une nouvelle voûte et un crépissage des murs, par M. Lardy platrier.
1866, 21 août : devis estimatif des travaux de restauration dressé par Aimé Bonnet.
1866, 31 août : lettre de la mairie au sous-préfet demandant à suivre les devis d'entrepreneurs plutôt que le projet d'Aimé Bonnet.
1866, 21 septembre : lettre du sous-préfet invitant à suivre le projet d'Aimé Bonnet.
1867, 8 février : cahier des charges des travaux, par Aimé Bonnet.
1867, 24 mars : procès-verbal d'adjudication des travaux à l'entrepreneur Alphonse Lardy.
1867, 13 août : métré des travaux exécutés à l'église, par Aimé Bonnet.
1867, 26 octobre : devis pour des travaux supplémentaires, par Aimé Bonnet.
1867, 24 décembre : lettre au préfet indiquant que les travaux de l'église ont été réceptionnés le 22 juillet.

A. M. Ternant. Registres des délibérations du conseil municipal de Ternant : 1843-1863, 1886-1903, 1980-2007.
1861, 5 mai : le conseil décide d'engager des travaux à l'église qui menace ruine.
1862, 4 mai : étude d'un rapport de l'architecte Aimé Bonnet sur les réparations urgentes à faire à l'église et demande de subvention au préfet.
1862, 14 septembre : annulation du premier devis suite à l'éffondrement des voûtes, étude d'un second dressé par M. Bonnet : les travaux sont ajournés par manque de moyens.
1903, 31 mai : le conseil sollicite un secours pour réparation au clocher de l'église.
1983, 2 mai : le conseil décide de confier les réparations de l'église à M. Madeux.
1989, 18 décembre : étude de devis et demande de subvention pour les travaux de l'église.
1991, 18 janvier : les travaux de restauration de l'église sont terminés.
1995, 4 janvier : délibération au sujet de la remise en état de la cloche et de son support.

Documents figurés

A. D. Charente-Maritime. Série P, 3 P 5196.
1825 : plan cadastral napoléonien de Ternant.
A. M. Ternant.
1846, 24 novembre : plan de l'église et de l'ancien cimetière en vue de son agrandissement et de la construction du mur de clôture, par l'architecte J. P. Martel.

Bibliographie

Bulletin de la Société d'Archéologie de Saint-Jean d'Angély et sa Région, n°12, 1935, p. 34.

Connoué, Charles. Les églises de Saintonge, t.3. Saintes : Delavaud, 1952-61, p. 147.

Flohic Ed. Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime : t. 2. Paris : Ed. Flohic, 2002, p. 893-894.

Texier, Jean. Inventaire archéologique de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély. "Canton de Saint-Jean d'Angély", t.3. Saint-Jean d'Angély, 1966, p. 33-34.

Lire la suite...


Annexes

  1. A. M. Ternant.
    Extrait du devis des travaux de restauration dressé par l'architecte Aimé Bonnet, 21 août 1866.

    "L'église de Ternant par suite de la chute de la voûte et du mauvais état des murs fut restaurée en 1862. Les ressources ayant fait défaut, on ajourna la construction de la voûte et le crépissage des murs jusqu'à ce que la commune fut en état d'effectuer ces ouvrages. Aujourd'hui qu'elle a pu réaliser quelques ressources elle vient proposer à l'administration supérieure de vouloir bien l'autoriser à rétablir la dite voûte dans son état primitif, style ogival, avec voûte à arêtes et à recrépir l'intérieur de l'église [...]".


Lire la suite...


Illustrations

Fig. 1
L'église sur le plan cadastral napoléonien, 1825.
Fig. 2
Le plan de l'église, 1846.
Fig. 3
L'église, 1978.
Fig. 4
La façade occidentale, 1989.
Fig. 5
Le dais et la date au-dessus de la porte, 1989.
Fig. 6
Le mur sud, 1989.
Fig. 7
La porte près du clocher, 1989.
Fig. 8
Une baie du clocher, 1989.
Fig. 9
L'église depuis le sud-est.
Fig. 10
L'église depuis le sud-ouest.
Fig. 11
L'église depuis le nord-ouest.
Fig. 12
La façade occidentale.
Fig. 13
La porte de l'église.
Fig. 14
La date au-dessus de la porte.
Fig. 15
Le dais au-dessus de la porte.
Fig. 16
Le dais au-dessus de la porte.
Fig. 17
Une baie du mur sud.
Fig. 18
Des traces de peinture sur le mur sud.
Fig. 19
Des traces de peinture sur le mur nord de l'église, dans la sacristie.
Fig. 20
Le clocher et la sacristie.
Fig. 21
Une baie du clocher.
Fig. 22
L'ancienne porte près du clocher.
Fig. 23
L'escalier à l'entrée de la nef.
Fig. 24
La nef depuis l'entrée.
Fig. 25
La nef depuis le choeur.
Fig. 26
Un chapiteau sculpté de feuillages dans la nef.
Fig. 27
Un chapiteau sculpté de feuillages dans la nef.
Fig. 28
Une clé de voûte sculptée de l'Agneau pascal dans la nef.
Fig. 29
La cuve baptismale.
Fig. 30
Le confessionnal.
Fig. 31
Une statue de Jeanne d'Arc.
Fig. 32
Le choeur.
Fig. 33
L'autel.
Fig. 34
Le pupitre.
Fig. 35
Le vitrail de la baie axiale.
Fig. 36
La statue de la Vierge.
Fig. 37
La statue de Saint Joseph.
Fig. 38
La niche.
Fig. 39
La voûte du clocher.
Fig. 40
Un culot sculpté d'un griffon dans le clocher.
Fig. 41
Un culot sculpté d'un personnage dans le clocher.
Fig. 42
Une pierre sculptée située sous le clocher.
Fig. 43
La cheminée de la sacristie.
Fig. 44
Deux prie-Dieu dans la sacristie.
Fig. 45
Le blason scupté sur l'autel.
Fig. 46
Une probable ancienne clé de voûte de l'église, musée de Saint-Jean d'Angély.
Fig. 47
Une probable ancienne clé de voûte de l'église, musée de Saint-Jean d'Angély.

Voir

Ternant, Présentation de la commune

Date de l'enquête : 2012

Région Poitou-Charentes / Service de l'inventaire général du patrimoine culturel. Chercheur(s) : Barreau Pierrick. (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel, 2012 ; (c) Syndicat mixte du Pays des Vals de Saintonge, 2012. Renseignements : Centre régional de documentation du patrimoine, 102 Grand'Rue - B.P. 553, 86020 Poitiers cedex, tél : 05.49.36.30.07.

Document produit par RenablLyon : (c) Ministère de la Culture et de la Communication