Inventaire du patrimoine du
Pays des Vals de Saintonge

Présentation de la commune

Loulay
Loulay, vue aérienne depuis le sud-est.

Historique

Loulay tire son nom de l'ancienne Luliacum ou villa Lullii. Le village se serait développé à partir du domaine de Lullius, riche propriétaire terrien romanisé de l'époque gallo-romaine. Cependant, aucune étude archéologique n'a permis d'établir les différentes périodes d'occupation du site.
Au Moyen Age, Loulay connaît l'influence de l'abbaye bénédictine de Saint-Jean d'Angély. Le prieuré Saint-Sauveur de Loulay lui aurait été donné par Guy Geoffroy, duc d'Aquitaine, vers 1073. Les sources indiquent également qu'il aurait fait don de la moitié de la terre de Loulay à l'abbaye de Montierneuf de Poitiers. Des sources révèlent que la commune de Loulay aurait disposé d'une aumônerie dont il ne reste trace que le nom d'une pièce de terre située au sud du bourg. L'aumônerie dépendait de l'ordre religieux des Antonins. A la suite de la suppression de cet ordre en 1768, les biens de l'aumônerie passent à l'hôpital de Saint-Jean d'Angély avant d'être affermés, en 1775, à Louis Racapé, sieur de La Plesse. Ni les sources, ni les vestiges architecturaux ne permettent d'identifier clairement l'emplacement du prieuré et de l'aumônerie.
A partir du 13e siècle, plusieurs familles se succèdent à la tête de la seigneurie de Loulay. Les Fors possèdent Loulay de 1222 à 1363, date à laquelle ils transmettent leurs biens à Grandin de Vaux. En 1448, Marc d'Estouraille devient seigneur de Loulay ; puis Guillaume Duval en 1482, et René Chessé en 1582. La famille Chessé transmet par mariage la seigneurie à la famille Rat. En 1653, la seigneurie est rachetée par la famille Frotier suite à une saisie prononcée sur les héritiers de Jean Rat.
Au 18e siècle, la carte de Cassini ne mentionne sur le territoire de Loulay que le bourg et le hameau de La Plesse, au sud ; période à laquelle la commune compte 325 habitants (recensement de 1793). En 1765, la seigneurie devient la propriété successive des Carré de Varennes, des Serton et enfin des Roy de Loulay. Un acte de vente permet d'identifier une partie du contenu de la seigneurie de Loulay : une maison à trois étages avec un escalier en pierre de taille, une fuie, un vieux bâtiment conservant le four banal, des halles de dix poteaux de bois, une simple maison, une métairie et une borderie. L'église primitive romane, du 12e siècle, se situait initialement au nord du bourg, avant d'être reconstruite, en 1857, à son emplacement actuel. L'organisation urbaine ne s'est pas développée autour d'un axe central mais le long des axes de circulation, essentiellement dans la partie comprise entre la route royale et la Trézence.
L'étude des registres des délibérations du conseil municipal permet de souligner le rôle important qu'a joué la commune dans le domaine du commerce de bestiaux au 19e siècle. En effet, des foires y sont régulièrement organisées ; les documents révèlent également la consultation quasi systématique du Conseil municipal en vue de la création de foires sur les communes voisines. Devant le développement de ce commerce, la commune n'a d'autre obligation que d'agrandir son champ de foire et d'en créer un second, exclusivement réservé à la race bovine. Une halle est construite, place du général de Gaulle, en 1880. Ce contexte favorable a sans doute permis la création, sous l'impulsion d'Anatole Contré, en 1910, de la mutuelle des marchands de bestiaux. La mutuelle, connue sous le nom actuel de MAPA, déménagera à Saint-Jean d'Angély au milieu du 20e siècle.
Suite à la crise du phylloxera à la fin du 19e siècle, la commune, essentiellement tournée vers la viticulture, s'oriente vers l'agriculture. Dès 1882, la totalité des vignes de Loulay sont détruites. Le développement du chemin de fer va alors positionner Loulay comme carrefour du canton. La voie ferroviaire reliant Saint-Jean d'Angély à Niort, desservant Loulay, est mise en activité en 1878. La station de Loulay, située au sud-est du bourg, permet d'acheminer la production agricole des localités voisines (Saint-Denis du Pin, La Jarrie Audouin, Saint-Martial de Loulay, Lozay, La Chapelle Bâton, Courant, La Benâte, Nuaillé sur Boutonne, Saint-Pierre de l'Isle et Blanzay sur Boutonne). La prospérité de la commune se traduit par une croissance démographique jusqu'au milieu du 20e siècle (554 habitants en 1921 puis 764 en 1962). Les nombreuses cartes postales anciennes du début du 20e siècle témoignent de l'activité de la commune et des nombreux commerces que l'on trouvait dans le bourg à cette période. La production agricole, sans cesse croissante, permet le développement de la Coopérative agricole de Loulay. Parallèlement, l'usine pour le sciage des peupliers de la vallée de la Boutonne, créée à Loulay par Rémy Malvaux en 1928, s'oriente en 1953 vers la fabrication de contreplaqué. L'usine, qui emploie 480 salariés en 1975, s'inscrit alors comme le pôle économique du territoire communal. Cependant, la population connaît un léger affaiblissement et atteint 667 habitants en 1975. La commune va alors se doter des différents équipements publics modernes (collège, piscine, communauté de communes, foyer rural, et plus récemment une bibliothèque municipale). La croissance de la population repart dès 1975 pour atteindre 771 habitants recensés par l'Insee en 2007.

Description

La commune de Loulay se situe sur le canton de Loulay en Charente-Maritime, au nord de la ville centre du Pays des Vals de Saintonge, Saint-Jean d'Angély.
Le territoire communal présente un relief légèrement accidenté, incliné sur un axe sud-nord. Il est traversé par plusieurs cours d'eau. La Trézence prend sa source au sud de la commune, en bordure de la route départementale 150. Le cours d'eau suit ensuite le dénivelé naturel en direction du bourg, qu'il traverse, puis des plaines agricoles situées au nord. La Trézence parcourt 27,7 kilomètres avant de se jeter dans la Boutonne. Les autres cours d'eau sont considérés comme temporaires.
Les terres agricoles sont prédominantes sur le territoire, notamment en raison de l'absence de zone urbanisée en dehors du bourg et de sa périphérie immédiate. Autour du bourg, la zone agricole couvre ainsi près de 74% de la superficie communale, soit environ 550 hectares. Le bois d'Essouvert (annexe 1) occupe la partie sud du territoire sur une superficie totale de 66 hectares. C'est à cet endroit que l'inclinaison du terrain atteint son maximum, mesurée localement à 5%. La surface de boisement représente environ 9% de la superficie totale, un pourcentage quasi équivalent à la superficie bâtie.
Quelques exemples de construction en pierre dite "pierre chenine" (annexe 2) ont été relevés au cours de l'enquête. Les pierres utilisées pour la construction se présentent sous la forme de pierres plates, gris rosé, composées de petits coquillages de 2 à 5 millimètres de diamètre. Cette pierre se caractérise par ses propriétés non gélives et par sa résistance à la taille. On trouve également ce type de pierre à La Jarrie, Lozay, Courant et Saint-Loup.
Le réseau routier est particulièrement développé. La route départementale 150, dont le trafic est évalué à 3360 véhicules/jour, constitue l'axe principal. Elle traverse le bourg sur un axe sud-nord. Les axes secondaires, notamment les routes départementales 210 et 107, desservent les communes proches (Lozay, Vergné, La Jarrie-Audouin et Coivert). La commune de Loulay est également desservie par la ligne de chemin de fer de Saintes à Niort.
La commune de Loulay, chef lieu de canton, dispose de tous les équipements publics modernes : scolaires (école maternelle, école primaire, collège), sportifs (terrains de sports, gymnase, piscine), culturels (foyer rural, bibliothèque), sociaux (centre communal d'action sociale, maison de retraite, Etablissement et Service d'Aide par le Travail), et administratifs (communauté de communes, Service Départemental d'Incendie et de Secours, gendarmerie nationale).

Compléments de localisation

Canton : Loulay



Documentation

Documents d'archives

A. D. Charente Maritime. Série E, 3 E LXXIX 114.
1775 : acte d'afermement des biens de l'Aumônerie de Loulay par MM. Pelluchon et Bonnegens, administrateurs, à Louis Racappé, sieur de La Plesse pour une somme annuelle de 60 livres.

Plan local d'urbanisme, commune de Loulay. Rapport de présentation. Saint-Jean d'Angély : Pays des Vals de Saintonge, 2007.

Site internet : http : //cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php ? select_resultat=20115 [consult. février 2010].

Site internet : http : //www.histoirepassion.eu/index.php [mots clef Loulay, La Plesse, Roy de Loulay].

Documents figurés

A. D. Charente-Maritime. Série P, 3 P 5150.
Plan cadastral napoléonien, 1839.

Bibliographie

Baillarguet, James. La région de Loulay dans l'histoire. Fontcouverte : Actiade, 2005, pp. 20-22.

Baillarguet, James ; Lacheteau, Michel ; Lacheteau, Pascal. Fiefs et familles nobles de la région de Loulay. Ed. Le Bois du Dauphin, 2006.

Baillarguet, James. "La pierre chenine ou..marbre de Pays" dans Aguiaine, Revue de la Société d'ethnologie et de folklore du centre-ouest. n°231, tomme XXXIV, 4e livraison, juillet-août 2002. Saint-Jean d'Angély : Maison de Jeannette, pp. 55-59.

Cassagne, Jean ; Seguin, Stéphane. Origine des noms de villes et villages de Charente-Maritime. Saint-Jean d'Angély : Bordessoules, 1998, p. 114.

Chasseboeuf, Frédéric. Châteaux, manoirs et logis, Charente-Maritime. 2 tomes. Prahec : Patrimoine et Médias, 2008, p. 283.

Cottineau, Laurent-Henri (Dom.). Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés. Tomme 1, A-L. Mâcon : Protat Frères, 1937, p. 1161.

Furgier, Camille. Loulay, 150 ans de vie municipale. Loulay : Foyer rural, 1996.

Massé, Marcel. Essouvert, de la forêt au bois de La Benâte. Saint-Ouen-en-Brie : Ed. La Lucarne ovale, 1998. 110p.

Texier, Jean. Inventaire archéologique de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély. Sixième fascicule. Canton de Loulay. Saint-Jean d'Angély : Brisson, 1972.

Atlas architectural, Pays des Vals de Saintonge. CAUE 17, 1999, p. 34.

Le Patrimoine des communes de la Charente-Maritime, Poitou-Charentes. Tome 1. Paris : Flohic, 2002.

Lire la suite...


Annexes

  1. Massé, Marcel. Essouvert, de la forêt au bois de La Benâte. Saint-Ouen-en-Brie : Ed. La Lucarne ovale, 1998. 110p.

    On trouve plusieurs orthographes pour "Essouvert".
    Le cartulaire de Saint-Jean d'Angély le nomme "Sylva Exulverto" devenant "Forêt d'Exouvert".
    A l'origine, la forêt d'Essouvert formait un ensemble boisé avec les forêts de Benon, Chizé, Aulnay et Annepont. La forêt était comprise entre la Trézence et la Boutonne.
    Durant la période gallo-romaine, la forêt est soumise à des défrichements isolés, effectués de manière individuelles. Ces défrichements se poursuivent jusqu'à la fin du 5e siècle et la prise du Poitou par les Wisigoths. Pendant plusieurs siècles, la forêt reprendra du terrain.
    Au début du 11e siècle, Essouvert se présente comme une futaie profonde des portes de Saint-Jean d'Angély jusqu'au massif de Chizé. Elle est traversée par la voie romaine Saintes-Niort dont il ne subsiste que deux haltes : Pouzat et Loulay.
    Les bénédictins de l'abbaye de Saint-Jean d'Angély ont utilisé une partie de l'espace boisé pour implanter des vignes.
    A la fin du 19e siècle, la forêt d'Essouvert est relativement diminuée par rapport à sa taille d'origine. En 1862, un acte notarié mentionne le partage du bois d'Essouvert entre trois communes : La Benâte, Landes et Lozay. Loulay n'apparaît pas dans le partage.


  2. Baillarguet, James. "La pierre chenine ou marbre de Pays" dans Aguiaine, Revue de la Société d'ethnologie et de folklore du centre-ouest. n°231, tomme XXXIV, 4e livraison, juillet-août 2002. Saint-Jean d'Angély : Maison de Jeannette. pp. 55-59.

    Dans son article, l'auteur présente les caractéristiques de la pierre chenine en citant quelques exemples d'utilisation.
    L'appellation "pierre chenine" semble se limiter à une aire géographique restreinte. Il s'agit de pierres plates de 40 à 60 cm, visibles en particulier à La Jarrie-Audouin. Cette pierre est souvent utilisée à la base des murs (semelles). Dans les constructions, elle est utilisée par le maçon comme pierre passante pour lier deux parements.
    Ses propriétés non gélives la laissent intacte après plusieurs siècles, même en l'absence d'enduit.
    Sa taille relativement difficile ne permet pas son utilisation dans les jambages et les linteaux d'ouvertures.
    Exposée aux aléas climatiques, la pierre chenine prend un aspect gris légèrement rosé.
    Sa particularité est de présenter dans sa masse un nombre important de coquillages de 1 à 5mm.
    Le nom générique de ce type de roche est la "lumachelle".
    L'état géologique de la pierre chenine est le kimméridgien supérieur (140 millions d'années).

    L'auteur s'appuie sur l'ouvrage "Eléments de géologie" de Pierre Belain et Charles Pomerol pour préciser la nature des pierres :
    "les calcaires d'accumulation dits lumachelles résultent de la sédimentation des coquilles de lamellibranches ou de brachiopodes [.. .]. Ce sont pour la plupart des formations côtières [.. .]. Par consolidation, ils forment des grés calcaires détritiques."

    La tradition orale conserve la trace de carrières où les pierres étaient extraites (La Jarrie Audouin, Lozay, Courant et Nachamps).
    Suivant leur importance, des bloc de 20 à 40 cm d'épaisseur étaient directement utilisés comme "pas de champ" ou gués de ruisseau.

    L'auteur cite différentes sources archivistiques mentionnant l'utilisation de la pierre chenine.
    Cependant, aucun document ne permet d'identifier clairement l'origine du terme "chenine". Plusieurs hypothèses sont avancées :
    - lien avec la famille noble Chenin qui posséda la seigneurie de La Jarrie Audouin.
    - lien avec les vignobles et le cépage chenin, base des vins de Vouvray et de Montlouis, dont l'origine se trouvait à Mont-Chenin.
    - lien avec le terme "chenu" qui, d'après le Glossaire du patois de l'Aunis et de la Saintonge, signifie "moule chenue : qui est recouvert d'algues, de vermicules, de cristallisations".


Lire la suite...


Illustrations

Fig. 1
Plan cadastral napoléonien, tableau d'assemblage, 1839.
Fig. 2
Extrait du plan cadastral napoléonien, le bourg, partie ouest, 1839.
Fig. 3
Extrait du plan cadastral napoléonien, le bourg, partie sud-est, 1839.
Fig. 4
Extrait du plan cadastral napoléonien, le bourg, partie nord-est, 1839.
Fig. 5
Extrait du plan cadastral napoléonien, le bourg, partie nord-est, 1839.
Fig. 6
Extrait du plan cadastral napoléonien, le bourg, partie sud-ouest, 1839.
Fig. 7
Le Bourg, vue aérienne, milieu 20e siècle.
Fig. 8
Loulay, vue aérienne depuis le sud-est.
Fig. 9
Loulay, vue aérienne depuis l'ouest.
Fig. 10
Le bourg vu du nord-ouest.
Fig. 11
Le bois d'Essouvert au sud du territoire communal.

Voir tous les batis inventoriés

Loulay, Demeures
Loulay, Abreuvoir (rue de l') 26, Maisons (2)
Loulay, Eglise (place de l') 10, Maisons (2)
Loulay, Fidreau (rue) 1, 2, 3, 4, 5, 6, 8, Lotissement concerté
Loulay, Gare (rue de la) 11, Maisons (2)
Loulay, Gare (rue de la) 12, 14 ; Tourterelles (allée des) 2, 4, 6, 8, 10, 12, Lotissement concerté Malvaux
Loulay, Hirondelle (cité de l') 2, 4, 6, 8, 10, Lotissement concerté Cité de l'Hirondelle
Loulay, Maurice Thibaudeau (rue), Dépendances agricoles
Loulay, Meuniers (rue des) 1, 3 ; Saint-Jean (rue) 10, Maisons (2)
Loulay, Saint-Jean (rue) 14, Maisons (2), magasin de commerce
Loulay, Saint-Jean (rue) 16, Maisons (2)
Loulay, Saint-Jean (rue) 27, Maisons (2), magasin de commerce
Loulay, Saint-Jean (rue) 61, Maisons (2)
Loulay, Saint-Jean (rue) 65 ; Maréchal (chemin du) 2, Maisons (2)
Loulay, Champs du Moulin (les), Saint-Jean (rue de), Cimetière
Loulay, Sources (allée des) 2, Maisons (2)
Loulay, Voie ferrée
Loulay, 11 Novembre (rue du) 1, Maison
Loulay, 11 Novembre (rue du) 3, 5, Maison
Loulay, 11 Novembre (rue du) 11, 13, Ferme, exploitation agricole
Loulay, 11 Novembre (rue du) 15, Ferme, exploitation agricole
Loulay, 14 Juillet (rue du) 1, Ferme, exploitation agricole
Loulay, 14 Juillet (rue du) 2, Ferme
Loulay, 14 Juillet (rue du) 4, Ferme, exploitation agricole
Loulay, 14 Juillet (rue du) 5, Ferme, exploitation agricole
Loulay, 14 Juillet (rue du) 8, Maison
Loulay, 14 Juillet (rue du) 10, Ferme, exploitation agricole
Loulay, 14 Juillet (rue du) 12, Ferme, exploitation agricole
Loulay, 14 Juillet (rue du) 14, Ferme, exploitation agricole
Loulay, 14 Juillet (rue du) 16 ; Eglise (place de l') 9, Presbytère
Loulay, 8 mai 1945 (rue du), Ferme
Loulay, 8 mai 1945 (rue du), Ferme du logis
Loulay, 8 Mai 1945 (rue du), Piscine intercommunale
Loulay, 8 mai 1945 (rue du), Pont de chemin de fer
Loulay, 8 mai 1945 (rue du) 2, Maison
Loulay, 8 Mai 1945 (rue du) 3, Ferme, exploitation agricole
Loulay, 8 Mai 1945 (rue du) 5, Ferme, exploitation agricole
Loulay, 8 mai 1945 (rue du) 6, Logis
Loulay, 8 Mai 1945 (rue du) 7, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Abreuvoir (rue de l'), Dépendances agricoles
Loulay, Abreuvoir (rue de l'), Maison
Loulay, Abreuvoir (rue de l'), Parc municipal
Loulay, Abreuvoir (rue de l'), Puits commun
Loulay, Abreuvoir (rue de l') 1, 3, 5, Ferme
Loulay, Abreuvoir (rue de l') 6, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Abreuvoir (rue de l') 8, Maison
Loulay, Abreuvoir (rue de l') 9, Ferme
Loulay, Abreuvoir (rue de l') 10, Dépendance
Loulay, Abreuvoir (rue de l') 11, Maison
Loulay, Abreuvoir (rue de l') 13, Ferme
Loulay, Abreuvoir (rue de l') 14, Maison
Loulay, Abreuvoir (rue de l') 15, Maison
Loulay, Abreuvoir (rue de l') 16, Maison
Loulay, Abreuvoir (rue de l') 18, Maison
Loulay, Abreuvoir (rue de l') 20, Ferme
Loulay, Aunis (rue d'), Atelier
Loulay, Aunis (rue d') 2, Maison
Loulay, Aunis (rue d') 4, Maison
Loulay, Aunis (rue d') 6 ; Maurice Thibaudeau (rue) 12, Ferme
Loulay, Aunis (rue d') 11, Maison, établissement et service d'aide par le travail de Loulay
Loulay, Chatelet (chemin du) 1, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Ecoles (rue des), Ecole maternelle
Loulay, Eglise (place de l'), Champ de foire aux bestiaux, puis place de l'Eglise
Loulay, Eglise (place de l'), Eglise paroissiale Sainte-Trinité
Loulay, Eglise (place de l') 1, Ferme
Loulay, Eglise (place de l') 2, Maison, magasin de commerce
Loulay, Eglise (place de l') 3, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Eglise (place de l') 4, Maison
Loulay, Eglise (place de l') 8, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Eglise (place de l') 12, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Eglise (place de l') 12bis, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Eglise (place de l') 14, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Eglise (place de l') 16, Maison
Loulay, Eglise (place de l') 18 ; Abreuvoir (rue de l') 2, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Faugeroux (passage du), Puits commun
Loulay, Faugeroux (passage du) 2, Maison
Loulay, Faugeroux (passage du) 4, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Faugeroux (passage du) 6, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Fief Braud (rue), Collège d'enseignement général de la Trézence
Loulay, Fontaines (rue des), Maison
Loulay, Gare (rue de la), Dépendance, musée des outils et des traditions agricoles
Loulay, Gare (rue de la), Gare ferroviare
Loulay, Gare (rue de la), Puits commun
Loulay, Gare (rue de la) 3, Ferme
Loulay, Gare (rue de la) 4, Groupe scolaire
Loulay, Gare (rue de la) 5, Ferme
Loulay, Gare (rue de la) 8, Maison
Loulay, Gare (rue de la) 9, Maison
Loulay, Gare (rue de la) 15, Ferme
Loulay, Gare (rue de la) 16, Maison d'architecte dite Maison Malvaux
Loulay, Gare (rue de la) 21, Scierie et usine de contre-plaqué Malvaux
Loulay, Gare (rue de la) 23, Hôtel café de la Gare
Loulay, Général de Gaulle (place du), Champ de foire, puis place du Général de Gaulle
Loulay, Général de Gaulle (place du), Monument aux morts
Loulay, Général de Gaulle (place du), Puits commun
Loulay, Général de Gaulle (place du) 2, Maison, magasin de commerce
Loulay, Général de Gaulle (place du) 2bis, Maison
Loulay, Général de Gaulle (place du) 4, Maison, magasin de commerce
Loulay, Général de Gaulle (place du) 6 ; 11 novembre (rue du) 2, Maison de maître
Loulay, Général de Gaulle (place du) 8, Maison
Loulay, Général de Gaulle (place du) 10, Maison, magasin de commerce
Loulay, Général de Gaulle (place du) 12, Maison, magasin de commerce
Loulay, Général de Gaulle (place du) 14, Maison, magasin de commerce
Loulay, Général de Gaulle (place du) 16, Maison, magasin de commerce
Loulay, Général de Gaulle (place du) 18, Maison
Loulay, Général de Gaulle (place du) 20, Maison
Loulay, Général de Gaulle (place du) 22, Maison, magasin de commerce
Loulay, Général de Gaulle (place du) 24, Maison, magasin de commerce
Loulay, Général de Gaulle (place du) 26, Halle, puis Salle Municipale
Loulay, Général de Gaulle (place du) 28, 30, Mairie, poste
Loulay, Jardins (allées des), Puits commun
Loulay, Jardins (allées des) 1, Dépendances agricoles
Loulay, Jardins (allées des) 2, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Jardins (allées des) 3, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Jardins (allées des) 8, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Jarrie (rue de la), Maison de garde-barrière n°379
Loulay, Jean Moulin (place), Champ de foire
Loulay, Jean Moulin (place) 1, 2, Ferme
Loulay, Jean Moulin (place) 4, Bains douches
Loulay, Jean Moulin (place) 6, Foyer rural
Loulay, Liberté (rue), Ferme, exploitation agricole
Loulay, Liberté (rue) 2, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Liberté (rue) 6, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Lilas (allée des), Ferme
Loulay, Lilas (allée des), Puits commun
Loulay, Lilas (allée des) 1, Ferme
Loulay, Lilas (allée des) 2, Maison
Loulay, Lilas (allée des) 4 ; Gare (rue de la) 1, Ferme
Loulay, Maréchal (chemin du) 4, Maison
Loulay, Maréchal (chemin du) 6, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Maréchal (chemin du) 8, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Maréchal (chemin du) 12, Dépendance agricole
Loulay, Maréchal (chemin du) 14, Maison
Loulay, Maurice Thibaudeau (rue), Ferme
Loulay, Maurice Thibaudeau (rue), Puits commun
Loulay, Maurice Thibaudeau (rue) 2, Maison, magasin de commerce
Loulay, Maurice Thibaudeau (rue) 4, Maison
Loulay, Maurice Thibaudeau (rue) 6, Maison
Loulay, Maurice Thibaudeau (rue) 10, Maison
Loulay, Meunier (rue) 5, Minoterie, panification
Loulay, Meunier (rue) 5bis, Maison
Loulay, Meunier (rue) 7, Maison
Loulay, Meunier (rue) 9, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Meuniers (rue des) 4, Ferme
Loulay, Meuniers (rue des) 6, 8, Maison
Loulay, Meuniers (rue des) 10, Maison
Loulay, Meuniers (rue des) 12, Ferme
Loulay, Montagne (rue de la), Maison de garde-barrière n°380
Loulay, Petites Fontaines (rue des), Château d'eau
Loulay, Petites fontaines (rue des) 1, Lavoir commun de La Planche
Loulay, Petites fontaines (rue des) 2, Maison
Loulay, Petites fontaines (rue des) 4, Ferme
Loulay, Roger Longeau (rue) 1, Dépendances agricoles
Loulay, Roger Longeau (rue) 2, Maison
Loulay, Roger Longeau (rue) 3, Maison
Loulay, Roger Longeau (rue) 4, Ferme
Loulay, Roger Longeau (rue) 6, Maison
Loulay, Roger Longeau (rue) 8, Dépendance agricole
Loulay, Roger Longeau (rue) 10, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Saint-Jean (rue), Dépendance agricole
Loulay, Saint-Jean (rue), Dépendance agricole
Loulay, Saint-Jean (rue), Hangar agricole
Loulay, Saint-Jean (rue), Puits commun
Loulay, Saint-Jean (rue) 2, 4, Ferme, exploitation viticole puis exploitation agricole
Loulay, Saint-Jean (rue) 3, 7, Ferme, exploitation viticole puis exploitation agricole
Loulay, Saint-Jean (rue) 5, Ferme
Loulay, Saint-Jean (rue) 6, 6c, 8, Ferme
Loulay, Saint-Jean (rue) 7, 9, Ferme
Loulay, Saint-Jean (rue) 11, Ferme
Loulay, Saint-Jean (rue) 12, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 13, Ferme
Loulay, Saint-Jean (rue) 15, 15A, Gendarmerie nationale
Loulay, Saint-Jean (rue) 17, Garage automobile
Loulay, Saint-Jean (rue) 18, 18b, 20 ; 11 novembre (rue du) 4, 6, 8, Ferme
Loulay, Saint-Jean (rue) 19, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 21, 23, 25, Ferme
Loulay, Saint-Jean (rue) 22, Maison, magasin de commerce
Loulay, Saint-Jean (rue) 24, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 26, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 28, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 29, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 30, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 31, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 32, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 33, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 34, 36, Ferme
Loulay, Saint-Jean (rue) 35, 37, Maison, magasin de commerce
Loulay, Saint-Jean (rue) 38, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 39, Maison, magasin de commerce
Loulay, Saint-Jean (rue) 40, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 41, 41b, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Saint-Jean (rue) 42, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Saint-Jean (rue) 44, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 45, Maison, magasin de commerce
Loulay, Saint-Jean (rue) 47, Ferme, puis Communauté de communes, Maison du Tourisme
Loulay, Saint-Jean (rue) 49, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Saint-Jean (rue) 51, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 53, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 55, Ferme
Loulay, Saint-Jean (rue) 57, Dépendances agricoles
Loulay, Saint-Jean (rue) 63, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Saint-Jean (rue) 67, Ferme, exploitation agricole Les Tournesols
Loulay, Saint-Jean (rue) 69, Maison
Loulay, Saint-Jean (rue) 71, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Saint-Jean (rue) 73, Hangar agricole, puis maison
Loulay, Sources (allée des) 1, Ferme
Loulay, Sources (allée des) 4, Maison
Loulay, Tilleuls (rue des), Dépendance
Loulay, Tilleuls (rue des) 1, 3, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Tilleuls (rue des) 5, Maison
Loulay, Tilleuls (rue des) 7, Maison
Loulay, Tilleuls (rue des) 9, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Traversière (rue), Coopérative agricole "L'entente agricole de Loulay"
Loulay, Trézence (impasse de la), Dépendance
Loulay, Trézence (impasse de la) 1, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Trézence (impasse de la) 2, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Trézence (impasse de la) 4, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Trézence (impasse de la) 6, Ferme, exploitation agricole
Loulay, Eglise Saint Sauveur (?)
Lire la suite...
Date de l'enquête : 2010


Région Poitou-Charentes / Service de l'inventaire général du patrimoine culturel. Chercheur(s) : Bordes Mathieu. (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel, 2010 ; (c) Syndicat mixte du Pays des Vals de Saintonge, 2010. Renseignements : Centre régional de documentation du patrimoine, 102 Grand'Rue - B.P. 553, 86020 Poitiers cedex, tél : 05.49.36.30.07.

Document produit par RenablLyon : (c) Ministère de la Culture et de la Communication