Inventaire du patrimoine du
Pays des Vals de Saintonge

Site archéologique

Vergne (La)
Moulinveau
L'emplacement du site archéologique.

Historique

Les fouilles réalisées lors de la création d'une déviation dans les années 1990 à Moulinveau au lieu-dit "La Grande Pièce" ont permis de mettre au jour les vestiges de deux occupations successives de ce site. La plus récente est une ferme gauloise du Second Age du Fer, édifiée au cours des 2e et 1er siècles avant J-C. Celle-ci avait été repérée lors d'une prospection et fouillée par une équipe dirigée par Karine Robin de l'AFAN. Cette fouille a permis de constater que la ferme avait été édifiée sur un ensemble de tombes préhistoriques, qui ont fait l'objet d'une seconde campagne en 1995. Il s'est avéré que cette nécropole avait été aménagée au Mésolithique, entre 8500 et 8000 avant J-C.
Les fouilles, qui se sont cantonnées au tracé de la route, n'ont révélé qu'une petite partie de ces deux occupations (environ 15 mètres carrés). Elles témoignent néanmoins de l'ancienneté de l'occupation de ce site, un plateau de faible altitude surplombant la Boutonne.
Datation(s) principale(s) : Mésolithique ; Age du fer 2

Description

La nécropole mésolithique consiste en quatre fosses dans lesquelles ont été inhumées treize personnes, aussi bien des adultes (dont une femme enceinte) que des enfants. Les défunts ont été déposés sur le côté ou assis, la plupart du temps en position foetale, parés de riches parures de coquillages marins, de dents d'animaux et de quelques dents humaines percés. Des outils en silex ont également été retrouvés, dont des couteaux à encoches basilaires, ainsi que des crânes d'aurochs et des bois de cerfs, formant une sorte d'architecture au-dessus des corps. Les fosses avaient été tapissées d'un ocre rouge qui a déteint sur les ossements. L'un des enfants avait reçu sur lui des os calcinés. Les quelques 3300 coquillages retrouvés provenaient de l'Océan Atlantique, qui devait se trouver au Mésolithique à environ 60 kilomètres de la nécropole. Ont-ils été ramassés par ces hommes ou bien témoignent-ils d'une forme d'échange ? La question reste en suspens.
Au cours du Second Age du Fer, la nécropole a été endommagée par l'édification, au même endroit, d'une vaste ferme gauloise. Les fouilles n'ont mis au jour qu'un angle de celle-ci. Il s'agissait d'un espace clos bordé d'un talus de terre et de fossés de plusieurs époques, mesurant de 3,50m à 5 m de largeur. Des céramiques de la fin de la période de la Tène ont été exhumées : il s'agit de vases ovoïdes à bord éversé et de jattes à bord rentrant. On a également retrouvé un lève-loquet de porte en fer et des fragments d'amphores italiques, témoignant d'un commerce avec la Méditerrannée.

Situation

Référence(s) cadastrale(s) : 2009 ZX non cadastré
Canton : Saint-Jean d'Angély
Statut de la propriété : propriété de la commune
Etat de conservation : bon état



Documentation

Bibliographie

Combes, Jean. Saint-Jean d'Angély des origines à nos jours. Saint-Jean d'Angély : Editions Bordessoules, 2010, p. 15, 16, 18, 19..

Courtaud, Patrice. Duday, Henri. "Découverte d'une nécropole mésolithique à La Vergne (Charente-Maritime)". Bulletin et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, t. 7, 1995, p. 181-184.

Maurin, Louis. Histoire de l'Aunis et de la Saintonge : t. 1. La Crèche : Geste éditions, 2007, p. 29-31, 33, 34, 91..

Lire la suite...


Annexes

  1. Courtaud, Patrice. Duday, Henri. "Découverte d'une nécropole mésolithique à La Vergne (Charente-Maritime)". Bulletin et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, t. 7, 1995, p. 181-184.
    Extrait de la description des fosses funéraires découvertes à La Vergne.

    "La sépulture 7 se présente comme une fosse ovalaire relativement restreinte : son diamètre nord-sud est de 1,05m, son diamètre est-ouest de 0,85m et sa profondeur originelle peut être estimée à environ 0,30m. La majeure partie du remplissage se caractérise par une intense coloration liée à des dépôts d'ocre rouge, à l'exception de l'extrémité sud qui est la seule à ne pas avoir livré de reste humains. Assez haut dans le comblement, deux bois de cerf ont été partiellement endommagés par les travaux. Deux adultes graciles occupent la partie nord de la fosse : ils reposent en position hypercontractée sur le côté gauche, la tête de chacun redressée contre la paroi et reposant sur un galet. Plus au sud, nous avons mis au jour les restes très endommagés d'un enfant de un à deux ans. Il s'agit indiscutablement d'inhumations primaires simultanées. Sur le corps de l'enfant ont été déversés les restes brûlés d'un quatrième sujet, un adulte : la disposition de ces vestiges et l'absence de toute trace de bûcher montrent qu'il s'agit d'un dépôt secondaire [...].
    La sépulture 10 est une fosse ovalaire dont les diamètres nord-sud et est-ouest sont respectivement de 1,20m et 1,00m. Sa partie sud est occupée par le dépôt de deux énormes massacres d'aurochs, qui ont malheureusement été tronqués par le décapage mécanique. Plus au nord, dans un sédiment ocré, se trouvait le squelette d'un adulte très robuste inhumé en position hyperfléchie et reposant sur le côté gauche. Les restes d'un enfant de un à deux ans s'appuient directement contre la partie supérieure du dos de l'adulte. La parure est ici encore très abondante [...]. Il s'agit manifestement d'inhumations primaires simultanées.
    La sépulture 3, la plus profonde, a été tronquée par le fossé gaulois principal et par une fosse d'extraction d'argile, de sorte qu'il n'en subsiste qu'une petite partie. Nous avons cependant pu démontrer qu'elle contenait deux sujets assis sur le fond de la fosse, les pieds ramenés en avant du bassin et le dos appuyé contre la paroi nord. L'un est un enfant de douze à quinze ans, l'autre une femme adulte : au moment de la découverte, quelques os d'un foetus d'environ 8 mois ont été prélevés, et nous avons pu retrouver un métatarsien du même sujet à l'intérieur du bassin de la femme qui était donc probablement enceinte au moment du décès. Ces deux sujets sont accompagnés de dépôts d'ocre particulièrement importants et d'une parure complexe [...].
    Cette fosse a été recoupée par un creusement ultérieur dans lequel ont été accumulés les restes disloqués d'un autre adulte. Ce dépôt (sépulture secondaire ou réduction ?) est lui-même surmonté par le dépôt d'un adulte de sexe masculin (sépulture 11) qui semble avoir été placé sur le dos, les membres inférieurs rabattus vers le tronc. Ce sujet était accompagné par la fibula gauche d'un infans II et l'ischium gauche d'un enfant mort dans la période périnatale".


Lire la suite...


Illustrations

Fig. 1
L'emplacement du site archéologique.

Voir

Vergne (La), Présentation de la commune

Date de l'enquête : 2011

Région Poitou-Charentes / Service de l'inventaire général du patrimoine culturel. Chercheur(s) : Barreau Pierrick. (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel, 2011 ; (c) Syndicat mixte du Pays des Vals de Saintonge, 2011. Renseignements : Centre régional de documentation du patrimoine, 102 Grand'Rue - B.P. 553, 86020 Poitiers cedex, tél : 05.49.36.30.07.

Document produit par RenablLyon : (c) Ministère de la Culture et de la Communication