Inventaire du patrimoine du
Pays des Vals de Saintonge

Terrain d'aviation, camp militaire français, allemand, puis américain

Fontenet
Camp (route du)
Une vue aérienne de l'ancien camp, 2009.

Historique

En 1935, André Guillon, architecte de la Ville de Saint-Jean d'Angély, mais aussi passionné d'aviation, crée le groupement "les Ailes Angériennes", qui devient bientôt l'Aéro-club angérien. Celui-ci s'installe d'abord sur des terrains provisoires notamment route de Niort. En parallèle, les autorités françaises s'inquiétant du réarmement allemand, il est décidé de renforcer l'implantation de l'Armée de l'Air et un site supplémentaire est recherché dans la région. André Guillon est ami du général Jauneaud, chef de cabinet du ministre de l'Air : il milite et obtient la création d'un terrain d'aviation à Fontenet, à vocation à la fois civile et militaire. La partie civile, à disposition de l'Aéro-club angérien, doit comprendre un buffet-gare et un hangar, confiés aux entrepreneurs Jarousseau et Vincent. Des devis et programmes de concours indiquent également l'aménagement de bancs d'essais, de routes, de casernements, d'une station d'épuration, de réseaux de distribution d'eau, d'électricité et d'égouts sur la base.

L'expropriation de 160 hectares de parcelles agricoles, qui génère le mécontentement du conseil municipal et des exploitants, accompagne les travaux d'aménagement par le Génie militaire dès 1937. Menacé d'abandon par le manque d'eau, le projet est finalement mené à bien encore grâce à André Guillon qui, grâce à ses talents de radiesthésiste, découvre une source qui permettra l'alimentation du camp. Dès 1938 toutefois, avec la question de la défense nationale, la vocation militaire de l'aérodrome prend le pas sur la partie civile. En 1939, on construit la route d'accès depuis la gare et la nationale 139, qui traverse le bourg de Fontenet, le conseil municipal ayant refusé qu'elle le contourne. Les militaires aviateurs seront logés à Saint-Jean d'Angély dans un lotissement créé dans le quartier de la gare. Les débuts du Groupe Aérien Régional 545, créé en 1937, sont laborieux à cause du manque d'équipement. En 1939, l'unité est transférée dans le Nord-Est de la France et des écoles de pilotes et de radionavigants investissent le camp de Fontenet, elles fonctionnent jusqu'à la débâcle française.

Suite à la défaite, et sans que la base ait subi aucun dommage, les autorités allemandes ordonnent la cessation des travaux en cours. Le camp est évacué par les Français et occupé par la Luftwaffe qui termine et complète les aménagements : allongement des pistes de décollage, club-house transformé en dépôt de bombes, construction de nouveaux bâtiments... Le camp sert à la formation des élèves-pilotes, et les manoeuvres ne manquent pas d'inquiéter la population de Fontenet. Plusieurs accidents se produisent, les avions accrochant les cimes des peupliers et même la toiture d'une maison de Fontenet en décembre 1942, faisant une victime. Alors qu'une partie de la population est employée pour le fonctionnement et l'entretien du camp, plusieurs demeures sont réquisitionnées pour le logement des officiers, une maison close aurait même occupé la maison dite du Prieuré.

A partir de l'été 1943, des attaques aériennes alliées sont lancées sur l'ouest de la France pour accompagner le débarquement à venir. Le camp de Fontenet est notamment ciblé, avec deux attaques principales le 31 décembre 1943 et le 27 mars 1944. Le premier endommage gravement les bâtiments du camp et une partie du hameau de La Combe, tuant dix personnes. Le second atteint également le camp et détruit complètement le village de La Crochette, heureusement évacué. Noël Santon, écrivaine témoin des événements, décrit les événements et l'état de délabrement du camp suite à ces événements : "Les hangars sont ratatinés, les baraquements disloqués. La haute tour du château d'eau ne s'élève plus qu'à un mètre au-dessus du sol et sa destruction prive le camp d'électricité et d'eau". Le camp en reconstruction est étroitement surveillé par la Gestapo, de même que la population locale. Le maire de Fontenet Ludovic Quintard est arrêté et déporté en Allemagne. A partir de l'été 1944, c'est le repli : les Allemands évacuent une partie de leurs munitions puis procèdent à la destruction du matériel encore sur place. André Guillon déplore notamment l'explosion volontaire du club-house de l'aérodrome. La guerre finie, le camp est abandonné, les hangars restants dispersés et le terrain laissé au pacage des moutons.

Avec la Libération, l'Armée de l'Air française reprend possession du camp. Une tentative de réimplantation de l'aéro-club sur une partie du site ne donne pas véritablement de résultat. Le château d'eau est reconstruit en 1949. En 1951, le camp est mis à la disposition de l'armée américaine qui le transforme en un important dépôt de matériel. Les Américains y reçoivent des pièces détachées de véhicules de combat débarquées à La Rochelle, qui sont assemblées sur place avant d'être réexpédiées vers l'Europe. Une nouvelle enceinte de barbelés ponctuée de tours de guet est élevée. Les bâtiments subsistant (hangar double-tonneau...) sont remis en état et de nouveaux sont construits : le camp se dote de nouveaux hangars, casernements, mess des officiers et des sous-officiers, administration, ateliers, chapelle, école, gymnase, dispensaire, salle de spectacle, magasin...) réalisés par les entreprises Lantrua et Olivier (Clermont-Ferrand) puis Garczynski et Traploir (Le Mans). L'acheminement du matériel est facilité par la création d'un tronçon de voie ferrée reliant le camp à la gare de Saint-Jean d'Angély en 1957. Une nouvelle route entre le bourg et La Combe est aménagée pour empêcher les civils de traverser le camp. Un ambitieux projet d'usine de réparation de moteurs d'avions est mis en marche, avec la construction d'une ligne électrique et d'un poste de transformation de 90 000 volts, d'une centrale électrique par voie thermique (1956-1957) et d'une station d'épuration (1957-1959). Le projet sera toutefois abandonné avant son terme, à cause du retrait prévu de la France de l'OTAN.

La présence américaine est à double tranchant pour Fontenet et toute sa région. C'est tout d'abord un moteur économique : le camp, avec ses 1500 militaires Américains mais aussi Polonais, emploie autant de civils, et permet le développement de nombreux petits commerces (jusqu'à sept débits de boissons sur Fontenet) et redonne une certaine prospérité à Saint-Jean d'Angély. Un lotissement américain, initialement prévu à Fontenet, est finalement construit à Saint-Julien de l'Escap. Mais rapidement, les habitants vivent cette présence comme une seconde occupation : les va-et-vient incessants des véhicules américains abîmant les routes et créant de multiples accidents, parfois mortels ; les soldats sont aussi à l'origine de vandalisme, de bagarres et autres exactions, relatés dans la presse et les documents d'archives.

L'activité américaine sur le camp ne dure qu'une dizaine d'années : en 1961, une grande partie des soldats quitte Fontenet pour Châtellerault. La plupart des bâtiments sont démontés et évacués et le camp ferme en 1963. C'est le début d'une certaine récession dans toute la région, avec le licenciement de 378 employés et le départ d'une importante population. En 1968, le camp est remis aux autorités françaises. Dès 1963, un comité est mis en place pour trouver une nouvelle vocation au camp à partir des infrastructures industrielles restées en place. Plusieurs projets de réaffectation échouent. En 1967, il est décidé d'affecter 130 hectares au ministère des Armées (les activités militaires y seront très limitées) et 30 hectares à une zone industrielle. Le Syndicat intercommunal pour la Reconversion du Camp puis la Compagnie Industrielle de Fontenet, sont créés en 1967-1968 pour la gestion du site, mais les derniers bâtiments du camp sont pillés et disparaissent peu à peu.

Une portion du camp est finalement achetée par la Communauté de Communes de Saint-Jean d'Angély, permettant l'installation de plusieurs entreprises (Soframus pour la production d'engrais, silos de la Coopérative agricole de Saint-Jean). En 1992, l'armée se retire définitivement et le Département de Charente-Maritime acquiert les terrains restants. L'activité économique du site reste toutefois très limitée. Le projet de création d'une prison au début des années 2010 échoue à son tour. L'un des derniers bâtiments du camp encore debout, le château d'eau, est démoli dans les années 2000. Des panneaux solaires ont été implantés sur une grande portion du site en 2015. Le reste du camp attend toujours sa reconversion.
Datation(s) principale(s) : 2e quart 20e siècle ; 3e quart 19e siècle
Datation(s) secondaire(s) : 4e quart 20e siècle
Date(s) : 1937
Justification de la datation : daté par source

Description

L'ancien camp de Fontenet, situé entre le bourg et les hameaux de La Combe et de La Crochette, ne comprend plus que quelques hangars reconstruits ou remaniés, notamment deux vastes hangars-tonneaux accolés. Une zone industrielle a été créée à l'emplacement prévu par les Américains pour un complexe d'usine de réparation de moteurs d'avions : elle est aujourd'hui occupée par des bâtiments d'usines en tôle. Un édifice a été construit à l'emplacement de l'ancienne centrale vapeur, mais l'ancienne station d'épuration subsiste toujours. La voie ferrée a été démantelée, mais son empreinte est toujours visible sur les vues aériennes, de même que le tracé de manoeuvres d'avions. Des casernements, implantés à l'ouest du camp, il ne reste aucun vestige, si ce n'est les anciennes rues peu à peu envahies par la végétation. Le portail à piliers marquant l'entrée du camp est toujours debout.

Situation

Référence(s) cadastrale(s) : 2015 AA 1 4 à 6 8 10 à 12 15 16 27 à 3136 à 38 41 à 46 C 639 655 à 661 D 216
Canton : Matha
Statut de la propriété : propriété d'une personne privée
Etat de conservation : vestiges ; désaffecté



Documentation

Documents d'archives

A. D. Charente-Maritime. Série J, 77 J 67.
S. d. : rapport d'André Guillon sur la création d'un aéro-club.
S. d. : devis et programmes de concours pour la construction de bancs d'essais, de routes, de casernements, d'un réseau d'égouts, d'une station d'épuration et d'un réseau de distribution d'eau.
1937, 16 mars : devis estimatif pour la construction de l'aéro-club, cahier des clauses et conditions pour l'aménagement du hangar.
1937, 21 juillet : affiche pour l'adjudication des travaux d'aménagement d'un aéro-club.
1938, 25 janvier : rapport de l'architecte sur les travaux en cours de l'aérodrome.
1939, 9 juin : procès-verbal de réunion du conseil d'administration de l'aéro-club angérien.
1937-1941 : correspondances sur l'aménagement de l'aérodrome.

A. D. Charente-Maritime. Série J, 77 J 68.
1937-1939 : correspondance au sujet des recherches d'eau sur le camp de Fontenet.
S. d. : programmes de concours pour la construction de réseaux d'eau, d'égout, d'électricité du camp et l'aménagement d'une station d'épuration.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 16 W 441.
1951-1958 : dossier concernant la circulation de la population civile à travers le camp et le champ de tir.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 16 W 435.
1957 : rapport et annexes sur les installations américaines du camp de Fontenet.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1084 W 316, 317.
1947-1963 : correspondances diverses au sujet du camp américain de Fontenet : arrivée des troupes, travaux, accidents impliquant des civils, départ des troupes.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1084 W 400.
1968-1978 : dossiers concernant le rachat et la reconversion de l'ancien camp.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1196 W 81.
1963-1965 : dossiers et correspondances sur le départ des troupes américaines et la reconversion du camp de Fontenet.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1196 W 89, 116.
1948-1949 : dossier de construction du château d'eau.
1955-1957 : dossiers de construction de l'atelier d'essais de moteurs et de réparation.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1313 W 8 :
1967-1968 : dossier de constitution et dissolution du Syndicat Intercommunal pour la Reconversion du Camp de Fontenet.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 83, 173, 174 et 1765 W 13.
1956-1959 : dossiers de construction d'une station d'épuration.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 88, 94.
1955-1958 : dossiers de remise en état de quelques bâtiments existants et de construction de casernements, mess, foyer, gymnase, atelier, bâtiments divers.
1958, 20 août : décompte général et définitif des travaux d'extension des installations et du casernement par l'entreprise Garczynski et Traploir.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 96.
1937-1941 : dossiers concernant le constitution de l'aérodrome et du camp et les extensions successives par expropriation, ainsi que les aménagements des réseaux.
1941-1948 : dossiers concernant la location des logements du camp par la Ville de Saint-Jean d'Angély.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 100.
1949 : avant-projet sommaire de remise en état des bâtiments du camp de Fontenet.
1950-1951 : programme et correspondance au sujet des travaux de remise en état du camp.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 102, 122, 124 et 1592 W 183 et 1765 W 123.
1968 : remise du camp aux autorités françaises par l'armée américaine.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 103, 179 et 1765 W 10, 14.
1956-1959 : dossiers de construction d'une centrale vapeur.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 104, 113.
1958-1960 : dossier de construction d'un magasin d'alimentation par l'entreprise Pitel.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 109, 197.
1952-1953 : dossiers concernant l'aménagement du dépôt américain.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 121.
1951-1952 : marchés de construction, concernant notamment la remise en état de la station de pompage, d'un bâtiment, des réseaux d'électricité et d'adduction d'eau et de construction de la clôture du camp.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 173.
1953-1954 : dossier de transformation de l'aérodrome de Fontenet en dépôt d'ordonnance pour l'armée américaine.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 181.
1946-1948 : documents concernant la réaffectation des hangars du camp.
1950 : dossier concernant la réutilisation éventuelle du réseau d'adduction d'eau du camp pour les besoins de la population.
1951, 22 février : état des lieux du camp remis aux Américains.
1951-1956 : dossier concernant la desserte du camp, de Fontenet et de La Combe.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1592 W 186.
1963 : journal de la situation du camp de Fontenet, mois par mois.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1592 W 187.
1949-1953 : dossier concernant l'entretien du camp au sortir de la guerre et à l'arrivée des Américains.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1592 W 190.
1946-1948 : dossier de remise en état de bâtiments et réaffectation de hangars.
1952-1954 : dossier de remise en état du hangar double-tonneau.
1948 : dossier de construction d'un château d'eau.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1592 W 195.
1947 : dossiers de travaux, réparations, balisage.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1592 W 198.
1955-1956 : dossier concernant la construction d'un atelier d'essais de moteurs.
1956 : projets de construction d'un théâtre et d'une chambre forte.
1955-1958 : dossiers de travaux divers.
1962-1963 : dossier d'aménagement d'un mess des sous-officiers.
1963-1968 : dossier concernant la cessation de l'occupation américaine.
1966 : projet de création d'un aérodrome régional.

A. D. Charente-Maritime. Série W, 1592 W 199.
1955-1958 : dossier de construction d'un itinéraire de détournement autour du camp.
1955-1959 : dossier de construction d'une station d'épuration.
1955-1961 : dossier de construction d'une centrale de production de vapeur et d'air comprimé.

A. M. Fontenet.
Registres des délibérations du conseil municipal : 1932-1959 ; 1959-1983 ; 1983-1994.
1936, 20 décembre : le conseil municipal demande la suspension du projet de camp d'aviation sur la commune, qui va prendre une partie du territoire communal et appauvrir les exploitants.
1937, 31 janvier : le conseil demande que la main-d'oeuvre communale soit employée en premier lieu pour la construction du camp.
1937, 16 décembre : le conseil municipal autorise le maire à traiter avec le chef de bataillon Bastien pour traiter les questions des chemins incorporés au camp.
1938, 18 janvier : le conseil demande une somme supplémentaire pour l'indemnisation des chemins cédés au camp.
1938, 21 août : le conseil est favorable à la création d'un débit de tabac aux abords du camp.
1938, 18 septembre : aliénation du chemin n°5 au profit du camp.
1944, 6 février, 2 mars et 15 juin : délibérations au sujet des bombardements du camp.
1950, 26 novembre : les communes de Fontenet, Varaize et Saint-Jean d'Angély ont sollicité l'autorité militaire pour l'utilisation éventuelle du réseau d'adduction d'eau du camp à des fins civiles.
1951, 12 août : délibération au sujet du comportement des soldats américains et de plaintes contre l'arrêté municipal interdisant la traversée du camp aux civils.
1967, 15 mai : adhésion au syndicat intercommunal pour la reconversion du camp de Fontenet.
1974, 13 janvier : projet de dissolution du syndicat, n'ayant plus d'utilité.
1986, 20 octobre : le conseil accepte l'implantation d'une usine "France Humus" sur l'ancien camp.
1992, 9 avril : le conseil ne souhaite pas acquérir une portion de l'ancien camp mise en vente par l'armée.
1997, 24 mars : installation de la société SODITER (traitement des boues de station d'épuration et de déchets végétaux) au camp.
1998, 2 juin : création d'une ZAC du parc d'activités départemental au camp de Fontenet.

Documents figurés

A. D. Charente-Maritime. Série Fi, 17 Fi 4, 7, 10, 11
1952 : photographies du dépôt de matériel américain.
A. D. Charente-Maritime. Série J, 77 J 67 et 68.
1937, 16 mars : plans du buffet-gare et du hangar de l'aérodrome civil.
S. d. (vers 1937) : plans du camp de Fontenet.
A. D. Charente-Maritime. Série W, 1196 W 81.
S. d. (vers 1963) : plans et photographies des installations du camp de Fontenet.
A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 88.
S. d. (vers 1955) : photographies des travaux de reconstructions du camp par les Américains.
1952, 14 février : plans de réhabilitation du bâtiment d'administration.
1955, 1er avril : plans de réhabilitation du mess des officiers.
A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 89.
1948, 13 décembre : plans de construction du château d'eau.
1955, 1er avril : plans de construction de l'atelier d'essais de moteurs et de réparation.
A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 99.
1955, 7 février : plans de la centrale vapeur.
A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 100.
1951 : plans de reconstruction des bâtiments et de l'enceinte du camp.
A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 162.
S. d. (vers 1956) : photographies des chantiers de construction du camp de Fontenet.
A. D. Charente-Maritime. Série W, 1545 W 173.
1955, 2 mai : plans de la station d'épuration.
A. D. Charente-Maritime. Série W, 1592 W 185.
1939, 18 décembre : plans de locaux d'instruction.
S. d. (vers 1939 ?) : plans des hangars-tonneaux.
S. d. (vers 1939 ?) : plans des logements des troupes.
S. d. (vers 1939 ?) : plans des cuisines et réfectoires.
A. D. Charente-Maritime. Série W, 2505 W 154.
1958 : photographie aérienne du camp de Fontenet.

Bibliographie

Chapelle, Jean-Marie. Le camp de Fontenet, histoire locale, histoire mondiale. 2008.

Chapelle, Jean-Marie. Lacroix, Germaine. Villain, Micheline. Fontenet, images d'autrefois. Saint-Savinien : Le Passage des Heures, 2010, p. 42-68.

Combes, Jean. Saint-Jean d'Angély des origines à nos jours. Saint-Jean d'Angély : Editions Bordessoules, 2010, p. 297, 301, 304, 307, 347.

Flohic Ed. Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime : t. 2. Paris : Ed. Flohic, 2002, p. 873.

Gayot, Henri. Charente-Maritime 1940-1945, Occupation, Résistance, Libération. 1973, p. 67.

Luc, Jean-Noël. La Charente-Maritime, l'Aunis et la Saintonge des origines à nos jours. Saint-Jean d'Angély : Editions Bordessoules, 1981, p. 425, 431.

Mercier, Jean-Pierre. Camps américains, tome 2, Aquitaine, Poitou-Charentes. Editions Alan Sutton, 2009, p. 81-95.

Santon, Noël. Saint-Jean sous la botte, journal de l'Occupation 1940-44. Saint-Jean d'Angély : Brisson, 1947.

Lire la suite...


Illustrations

Fig. 1
Les plans des installations de l'aérodrome primitif, 1937.
Fig. 2
Les plans des installations de l'aérodrome primitif, 1937.
Fig. 3
Les plans du club-house de l'aérodrome primitif, 1937.
Fig. 4
Les plans du club-house de l'aérodrome primitif, 1937.
Fig. 5
Les plans de hangars de l'aérodrome primitif, 1937.
Fig. 6
Les plans de hangars de l'aérodrome primitif, 1937.
Fig. 7
Les plans du mess des officiers de l'aérodrome primitif, vers 1937.
Fig. 8
Les plans d'une morgue, 1937.
Fig. 9
Les plans d'une infirmerie, 1937.
Fig. 10
Les plans de hangars-tonneaux, vers 1939.
Fig. 11
Les plans de locaux d'instruction, 1939.
Fig. 12
Les plans de cuisines et réfectoires, vers 1939.
Fig. 13
Les plans d'une infirmerie, vers 1939.
Fig. 14
Les plans de reconstruction du château d'eau, 1948.
Fig. 15
Les plans de reconstruction du château d'eau, 1948.
Fig. 16
Les plans de l'enceinte du camp, 1951.
Fig. 17
Les plans de l'enceinte du camp, 1951.
Fig. 18
Les plans de réhabilitation du bâtiment d'administration, 1952.
Fig. 19
Les plans de réhabilitation du bâtiment d'administration, 1952.
Fig. 20
Les plans de réhabilitation du mess des officiers, 1955.
Fig. 21
Les plans de réhabilitation du mess des officiers, 1955.
Fig. 22
Les plans de la station d'épuration, 1955.
Fig. 23
Les plans de la centrale vapeur, 1955.
Fig. 24
Les plans de la centrale vapeur, 1955.
Fig. 25
Les plans de l'atelier de réparations de moteurs, 1955.
Fig. 26
Le plan du camp, vers 1963.
Fig. 27
Le plan du camp, avec le projet d'usine, vers 1963.
Fig. 28
Le P. C. du camp de Fontenet, dessin de Noël Santon des années 1940.
Fig. 29
Le mess des officiers, 1952.
Fig. 30
Une photographie du dépôt de matériel américain, 1952.
Fig. 31
Une photographie du dépôt de matériel américain, 1952.
Fig. 32
Une photographie des travaux du camp, vers 1955.
Fig. 33
Une photographie des travaux du camp, vers 1955.
Fig. 34
Une photographie des travaux du camp, vers 1955.
Fig. 35
Une photographie des hangars-tonneaux, vers 1955.
Fig. 36
Une photographie du terrain de sport, vers 1956.
Fig. 37
Une photographie d'une route du camp, vers 1956.
Fig. 38
Une photographie des travaux de la station d'épuration, vers 1956.
Fig. 39
Une photographie des travaux de la centrale vapeur, vers 1956.
Fig. 40
Une photographie aérienne du camp, 1958.
Fig. 41
Une photographie de l'entrée du camp, années 50.
Fig. 42
Une photographie du camp, les hangars-tonneaux, vers 1963.
Fig. 43
Une photographie du camp, la chapelle, vers 1963.
Fig. 44
Une photographie du camp, un immeuble de casernement, vers 1963.
Fig. 45
Une photographie du camp, des casernements, vers 1963.
Fig. 46
Une photographie du camp, la centrale vapeur, vers 1963.
Fig. 47
Une photographie du camp, le mess des officiers, vers 1963.
Fig. 48
Une photographie du camp, le mess des sous-officiers, vers 1963.
Fig. 49
Une photographie du camp, une caserne, vers 1963.
Fig. 50
Une photographie du camp, l'atelier, vers 1963.
Fig. 51
Une photographie du camp, le château d'eau et la chaufferie, vers 1963.
Fig. 52
Une photographie du camp, le magasin, vers 1963.
Fig. 53
Une photographie du camp, des casernements, vers 1963.
Fig. 54
Une photographie du camp, des hangars, vers 1963.
Fig. 55
Une photographie du camp, le bâtiment d'administration et le portail, vers 1963.
Fig. 56
Une vue aérienne de l'ancien camp, 2009.
Fig. 57
Une vue aérienne de l'ancien camp, 2009.
Fig. 58
Une vue aérienne de la zone industrielle, 2009.
Fig. 59
Le portail.
Fig. 60
Une portion de l'enceinte du camp.
Fig. 61
Des bâtiments industriels sur le site du camp.
Fig. 62
Des bâtiments industriels sur le site du camp.
Fig. 63
Des bâtiments industriels sur le site du camp.
Fig. 64
Le hangar double-tonneau.
Fig. 65
L'intérieur du camp.
Fig. 66
L'ancienne station d'épuration.

Voir

Fontenet, Présentation de la commune

Date de l'enquête : 2015

Région Poitou-Charentes / Service de l'inventaire général du patrimoine culturel. Chercheur(s) : Barreau Pierrick. (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel, 2015 ; (c) Communauté de Communes des Vals de Saintonge, 2015. Renseignements : Centre régional de documentation du patrimoine, 102 Grand'Rue - B.P. 553, 86020 Poitiers cedex, tél : 05.49.36.30.07.

Document produit par RenablLyon : (c) Ministère de la Culture et de la Communication