Inventaire du patrimoine du
Pays des Vals de Saintonge

Eglise paroissiale Saint-Pierre

Aulnay-de-Saintonge
Eglise (avenue de l')
L'église depuis le sud.

Références documentaires

Référence de la même oeuvre dans le domaine MH : PA00104605

Historique

L'église d'Aulnay de Saintonge est située sur l'ancienne voie gallo-romaine, à proximité d'un temple antique. Elle est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle depuis 1998, et elle a également été une des premières églises à être classée à l'inventaire des Monuments Historiques (depuis 1840).

Ancienne église abbatiale, elle dépendait en 1030 de Saint-Martial de Limoges. Elle est ensuite citée dans une charte du règne de Henri Ier, sous le titre de Saint-Pierre-de-la-Tour. En 1119, elle est une possession du monastère de Saint-Cyprien de Poitiers avant de passer, vers 1122, aux mains du chapitre de la cathédrale de Poitiers.
L'église actuelle a été construite au cours de la 1ère moitié du 12e siècle (1130-1150) en remplacement d'une autre qui ne s'élevait probablement pas tout à fait au même endroit. Cette dernière, sous le vocable de Saint-Paul, aurait été construite entre 1119 et 1135.

La construction de l'église actuelle aurait commencé par la nef, puis la façade occidentale, ensuite sont venus le chevet et le portail sud.
La façade ouest a été modifiée au cours du 15e siècle (rajout de contreforts de chaque côté). Dans la baie centrale située au niveau de l'étage de cette façade, il manque une statue équestre de l'empereur Constantin. Un fragment du cou du cheval est visible à l'intérieur dans le collatéral nord de l'église.
La nef, du 12e siècle, est dotée de grandes voûtes en berceau brisé elles-mêmes soutenues par des piliers quadrilobés à quatre colonnes.
Le choeur, très sobre, a perdu ses fresques d'origine et est doté du plus ancien des vitraux de l'église.

Le clocher a, quant à lui, été modifié à deux reprises. Au 13e siècle, un troisième étage a été rajouté et une flèche de cathédrale lui a été apposée. Cette flèche sera démontée au 18e siècle (car elle se fissure et menace de s'effondrer) puis remplacée par une autre coiffée d'ardoises.

A l'intérieur, il faut remarquer un support de bénitier qui daterait du 12e siècle et la statue de Saint Pierre en habits pontificaux du 15e siècle.

Au 19e siècle, de nombreux travaux et restaurations ont été effectués. Ainsi D'Abbadie a fait enlever le baptistère situé devant le faux tympan de droite. La présence de ce bâti a permis la conservation de la polychromie sur cette partie de la façade et on distingue encore ces traces aujourd'hui.
Au cours de l'année 2005, une campagne de restauration de l'église a été entreprise. Ainsi, la consolidation du joug des cloches, la réparation de la pointe du clocher, la pose d'un paratonnerre, la restauration de la toiture et enfin la mise aux normes du système électrique de l'intérieur ont été réalisés.

L'église d'Aulnay montre de nombreux aspects de filiation directe avec l'Abbaye-aux-Dames, Saint-Eutrope à Saintes. Le style et les représentations d'Aulnay se retrouvent également dans de nombreuses églises environnantes : Fenioux, Nuaillé sur Boutonne, Salles lès Aulnay.
Datation(s) principale(s) : 1ère moitié 12e siècle ; 13e siècle ; 15e siècle ; 18e siècle
Datation(s) secondaire(s) : 19e siècle ; 1er quart 21e siècle

Description

La façade occidentale de l'église, encadrée par deux lanternons, est percée d'un portail central en plein cintre à quatre voussures. Celui-ci est encadré de deux portails aveugles à trois voussures chacun. Au-dessus du portail central se situe une baie aveugle à arc brisé encadrée de deux plus petites en ogive. Les lanternons sont percés de trois baies recoupées par des colonnettes centrales et sont coiffés d'un toit conique. Chaque voussure repose sur des colonnes à chapiteaux sculptés (deux ont disparu derrière les contreforts de la façade).

La façade sud est dotée de cinq travées au niveau de la nef. Celles-ci sont séparées par des contreforts formés de trois colonnes à chapiteaux. La corniche est soutenue par des modillons en becs de flûte.

La façade sud du transept est limitée de chaque côté par sept colonnes à chapiteaux. Celles-ci, accolées les unes aux autres, supportent un grand arc brisé qui forme le pignon. Ce dernier est percé d'un portail en plein cintre surmonté d'une tablette bordée de feuillages et soutenue par des modillons. Sur cette tablette s'appuie une fenêtre à arc brisé encadrée de deux baies aveugles. Les arcs de chaque baie sont soutenus par des colonnettes à chapiteaux sculptés. Sur cette tablette s'appuie une fenêtre à arc brisé elle-même encadrée de deux baies aveugles. Les arcs de chaque baie sont soutenus par des colonnettes à chapiteaux sculptés.

L'absidiole accolée au transept sud et coiffée d'un toit en pierre, est flanquée de trois colonnes à chapiteaux sculptés. La partie médiane est percée d'une petite fenêtre romane. La corniche est soutenue par des modillons sculptés.

La travée sud du choeur est séparée de l'abside par un contrefort formé de plusieurs colonnes dont une est dotée d'un chapiteau sculpté. Cette travée est percée d'une fenêtre en plein cintre soutenue par des colonnettes à chapiteaux sculptés.
L'abside, semi-circulaire et couverte d'un toit en pierres appareillées, et également percé de baies en plein cintre soutenues par des colonnettes à chapiteaux. La fenêtre centrale est flanquée de colonnes dont une présente deux personnages.

La travée nord du choeur est séparée de l'abside par un contrefort formé de plusieurs colonnes à chapiteaux ornés d'entrelacs. L'arc de la fenêtre repose sur des colonnettes à chapiteaux.

L'absidiole nord est identique à celle du sud. La corniche est soutenue par des petits arcs ornés de modillons.

Le transept nord est doté d'une corniche à modillons en forme de bec de flûte. Sa façade en pignon surmontée d'une croix est flanquée à chaque extrémité de colonnes à chapiteaux sculptés. Cette façade est percée d'une baie en plein cintre encadrée de colonnettes à chapiteaux.

La façade latérale nord, au niveau de la nef, est similaire à la face sud. Les cinq travées sont séparées par des contreforts formés de colonnes à chapiteaux sculptés, soutenant une corniche à modillons en forme de bec de flûte.

Le clocher de l'église, à plusieurs niveaux, est coiffé d'un toit conique couvert d'ardoise. Le premier niveau est doté de baies aveugles en plein cintre. Le second niveau est percé de petites baies en plein cintre séparées par des colonnettes à chapiteaux sculptés. Le troisième niveau est percé de baies à arc brisé chacune flanquée de baie aveugles également à arc brisé. Un des angles de ce clocher est pourvu d'une tourelle octogonale surmontée d'une flèche en pierre.
Technique du décor : sculpture ; ferronnerie ; vitrail
Précision sur la représentation : Façade ouest à décors sculptés dont des vierges folles et des vierges sages, le zodiaque, les travaux des champs, le vice et la vertu, la crucifixion du christ, des anges, un agneau crucifère dans une mandorle portée par deux anges, des feuilles stylisées ou non et différents animaux fantastiques ou non.

Portail sud à quatre voussures sculptées d'un bestiaire fabuleux, un âne musicien avec une lyre parmi d'autres animaux, les vieillards de l'apocalypse, les prophètes, les apôtres, des centaures et des griffons. Au-dessus du portail, une corniche à modillons avec différents animaux et têtes humaines.
Abside semi-circulaire avec des personnages, l'un une épée à la main et l'autre tenant une lance, combattant un monstre. Corniche représentant des entrelacs, divers animaux et personnages.
Travée nord du choeur avec une corniche dotée de fleurs, de têtes d'animaux et autre ornements.
Absidiole nord avec des chapiteaux de colonnes sculptés de feuillages, de pétales de fleurs, d'une chimère au milieu de rinceaux. Au-dessus une corniche à modillons sculptés entre autre d'une tête d'homme à la barbe fleurie et d'un animal à tête humaine.
Façade nord du transept flanqué d'une croix et de colonnes à chapiteaux sculptés de feuillages et d'animaux.

Intérêt de l'oeuvre

Date(s) et nature de la protection MH : 1840 : classé MH
Précisions sur la protection : Eglise classée Monument Historique depuis 1840. Eglise inscrite au patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 1998.

Situation

Référence(s) cadastrale(s) : 1835 F 652 ; 2005 AH 60
Canton : Aulnay
Statut de la propriété : propriété publique
Etat de conservation : bon état ; restauré



Documentation

Documents d'archives

A. D. Charente-Maritime. Série O, 2 O 112 : Eglise d'Aulnay (1844-1856) et jardin public.

Casier archéologique [documents établis par le service des Monuments historiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur des édifices protégés ou destinés à l'être], 6 p. : 240 fig., 2 plans, 3 élév., 3 coupes.

Documents figurés

A. D. Charente-Maritime. Série P, 3 P 5100 : plan cadastral napoléonien de la commune d'Aulnay, 1835.

Bibliographie

Bulletin de l'Association pour l'Archéologie et l'Histoire d'Aulnay et de sa région n°19, 2002, p. 19-24.

Bulletin de l'Association pour l'Archéologie et l'Histoire d'Aulnay et de sa région n°14, 1997, p. 8.

Changnolleau, Jean. L'église d'Aulnay de Saintonge. Grenoble : Arthaud, 1938.

Chapacou, Denis. Aulnay, un voyage dans l'histoire du canton. Association pour l'Archéologie et l'Histoire d'Aulnay et de sa région, 1995, p. 18.

Connoué, Charles. Les églises de Saintonge. Saintes : Delavaud, 1952-1961.

Crozet, René. L'art roman en Poitou. Paris : Henri Laurens, 1948.

Crozet, René. Aulnay-de-Saintonge. Paris : Nouvelles Editions Latines, s.d, p. 3-31.

Eygun, François. Art des pays d'ouest. Paris : Arthaud, 1965, p. 118, 273.

Flohic Ed. Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime : t.1. Paris : Flohic éditions, 2002, p. 110, 111.

Labande-Mailfert, Yvonne. Le Poitou roman. Zodiaque, 1961, p. 207-238.

Lacoste, Jacques. La sculpture romane en Saintonge. Tours : Ed. Pirot, 1998, p. 73-84.

Oursel, Raymond. Haut-Poitou roman. Saint-Léger-Vauban : Zodiaque, Presses monastiques, 1975, p. 305-331, 398-404.

Texier, Jean. Inventaire archéologique de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély : canton d'Aulnay. Saint-Jean d'Angély : Brisson, 1968, p. 4-16.

Tonnellier, chanoine. Aulnay de Saintonge. Saintes : Delavaud, 1998, p. 7-70.

Lire la suite...


Illustrations

Fig. 1
L'église Saint-Pierre et le cimetière sur le plan cadastral de 1835.
Fig. 2
L'église Saint-Pierre depuis le nord-ouest au début du 20e siècle, carte postale ancienne..
Fig. 3
L'église depuis le sud-ouest au début du 20e siècle, carte postale ancienne.
Fig. 4
La façade occidentale au début du 20e siècle, carte postale ancienne.
Fig. 5
Un détail de la façade ouest au début du 20e siècle, carte postale ancienne..
Fig. 6
La nef et le bras sud du transept au début du 20e siècle, carte postale ancienne..
Fig. 7
Le bras sud du transept au début du 20e siècle, carte postale ancienne.
Fig. 8
Le portail sud au début du 20e siècle, carte postale ancienne.
Fig. 9
Un détail de la façade du bras sud du transept au début du 20e siècle, carte postale ancienne..
Fig. 10
le chevet et le bras sud du transept au début du 20e siècle, carte postale ancienne.
Fig. 11
La nef au début du 20e siècle, carte postale ancienne..
Fig. 12
Une vue ancienne des chapiteaux de la nef.
Fig. 13
La chaire au début du 20e siècle, carte postale ancienne.
Fig. 14
L'église depuis le sud.
Fig. 15
L'église depuis le sud-est.
Fig. 16
L'église depuis le sud-est.
Fig. 17
L'église depuis le sud-est.
Fig. 18
Le portail sud de l'église.
Fig. 19
Le portail sud.
Fig. 20
La fenêtre du chevet.
Fig. 21
Des modillons de l'abside : au centre, un croisé.
Fig. 22
La façade ouest.
Fig. 23
La façade sud.
Fig. 24
Le portail ouest.
Fig. 25
Le tympan de gauche : la crucifixion de Saint Pierre.
Fig. 26
Le tympan de droite : le Christ, la Vierge et Saint-Jean.
Fig. 27
Une vue de la nef.
Fig. 28
Un chapiteau de la croisée du transept : Samson et Dalila.
Fig. 29
La statue de Saint Pierre.
Fig. 30
Un chapiteau de la nef : palmettes.
Fig. 31
Un chapiteau de la nef : des griffons.
Fig. 32
Un chapiteau de la nef : les acrobates.
Fig. 33
Un chapiteau de la nef : fleur de lotus.
Fig. 34
Un chapiteau de la nef : les oiseaux embarqués.
Fig. 35
Un chapiteau avec des éléphants.
Fig. 36
Deux chapiteaux de la croisée du transept : la tentation d'Adam et Eve.
Fig. 37
Un chapiteau de la nef : des têtes d'hommes barbus.
Fig. 38
Un détail du bestiaire du portail sud.
Fig. 39
Le détail de chapiteaux et de voussures du portail ouest.
Fig. 40
Un détail du bestiaire du portail sud.

Voir

Aulnay-de-Saintonge, Présentation de l'aire d'étude

Date de l'enquête : 2005

Région Poitou-Charentes / Service de l'inventaire général du patrimoine culturel. Chercheur(s) : Lhuissier Nathalie ; Guiberteau Cécilia. (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel, 2005 ; (c) Syndicat mixte du Pays des Vals de Saintonge, 2005. Renseignements : Centre régional de documentation du patrimoine, 102 Grand'Rue - B.P. 553, 86020 Poitiers cedex, tél : 05.49.36.30.07.

Document produit par RenablLyon : (c) Ministère de la Culture et de la Communication