Inventaire du patrimoine du
Pays des Vals de Saintonge

Gare ferroviaire d'Asnières-la Giraud

Asnières la Giraud

Une vue de la gare côté quai, depuis le sud-ouest.

Historique

Le cadastre napoléonien de 1819 ne mentionne aucune construction à cet emplacement. La voie ferrée Saint-Jean d'Angély-Saujon est déclarée d'utilité publique en avril 1901 et ouverte à l'exploitation, pour la section Saint-Jean-Saintes, en juin 1911.

Une gare pour desservir Asnières la Giraud est prévue à l'ouest du bourg : au début il était prévu d'appeler la gare "Asnières-Nantillé" mais les ingénieurs ont décidé d'enlever Nantillé car cette commune était plutôt desservie par Saint-Hilaire de Villefranche. C'est en 1908 que le ministre donne satisfaction au conseil municipal pour que la station porte le nom de "Asnières-La Giraud".
Cette gare est l'oeuvre de l'architecte Pierre Esquié (1853-1933), prix de Rome en 1882 et auteur notamment des gares de Rochefort et de La Rochelle. Sa taille démesurée et son architecture Art Déco sont atypiques et propres aux stations de la ligne Saint-Jean d'Angély-Saujon, construites sur le même modèle, comme celles voisines de Saint-Hilaire de Villefranche et du Douhet. Une halle à marchandises y est adjointe dès l'origine.

La gare d'Asnières la Giraud prend une certaine importance dès son ouverture à l'exploitation et la conserve tout au long de la 1ère moitié du 20e siècle, surtout au niveau du transport de marchandises et de bétails.

Dans les années 1960, le chemin de fer est fortement concurrencé par le transport routier et la fréquentation de la gare diminue. Elle perd son personnel et le bâtiment des voyageurs est réhabilitée en logement privé. Quant à l'ancienne halle à marchandises, vendue à un particulier, elle est aujourd'hui réhabilitée en logement.
Datation(s) principale(s) : 1er quart 20e siècle
Datation(s) secondaire(s) : 4e quart 20e siècle
Date(s) : 1911
Justification de la datation : daté par source
Auteur(s) : Esquié Pierre (architecte)
Justification de l'attribution : attribué par source

Description

La gare se compose d'un bâtiment des voyageurs réhabilité en maison, d'un édicule abritant les sanitaires et d'une halle à marchandises devenue un logement privé.

Le bâtiment des voyageurs, à façade sur cour orientée à l'est et façade sur quai à l'ouest, se compose de plusieurs volumes imbriqués les uns dans les autres. Le volume principal, à trois niveaux et à pignons découverts, possède des ouvertures disposées sans travée dont le nombre diminue selon les niveaux et un toit à longs pans. Il est flanqué de deux courtes ailes latérales à deux niveaux et une travée chacune, dont les toitures à longs pans sont disposées perpendiculairement par rapport au toit du volume central. L'angle sud-est est surélevé d'un belvédère, couvert d'un toit débordant porté par des aisseliers en bois et surmonté d'épis de faîtage en terre cuite. Un petit appentis est accolé à la base.

L'édifice possède une décoration abondante. Le rez-de-chaussée, en pierre de taille et orné d'un solin, est percé de grandes portes-fenêtres surmontées d'arcs segmentaires formés d'une alternance de briques blanches et rouges. Les fenêtres des niveaux supérieurs du corps central sont ornées des mêmes arcs décoratifs, ainsi que de losanges en céramique taillés en pointe de diamant et d'appuis de fenêtre alternant briques noires et blanches. Sur les quatre façades, des inscriptions sont formées d'éléments de céramiques vernissées, flanquées pour trois d'entre elles de décors de losanges en pointes de diamant et d'éléments végétaux. Le belvédère est également orné de frises de briques noires et blanches et de céramiques vernissées en formes de fleurs.

Les ouvertures du bâtiment des sanitaires sont traitées de la même façon que celles du bâtiment des voyageurs. L'ancienne halle à marchandises possède des ouvertures en arc segmentaire à encadrements rectangulaires ainsi que deux larges auvents en bois.
Technique du décor : céramique
Précision sur la représentation : Décors de carreaux de céramique ornés de losanges en pointes de diamant, de feuilles ou de fleurs.
Inscription(s) portée(s) sur l'édifice : "CHEMINS DE FER DE L'ETAT" côté cour, "ASNIERES-LA GIRAUD" sur les autres façades.

Situation

Référence(s) cadastrale(s) : 2012 ZM 202 203 206
Canton : Matha
Statut de la propriété : propriété d'une personne privée
Etat de conservation : bon état



Documentation

Documents d'archives

A.D. Charente-Maritime. Série S, 5 S 413.
1903, 6 février : arrêté désignant les territoires qui doivent être traversés par la ligne.
1905, 27 février : arrêté d'ouverture de l'enquête parcellaire.
1905, 14 septembre : arrêté déterminant les propriétés qui doivent être cédées pour la construction de la ligne.

A.D. Charente-Maritime. Série S, 5 S 417.
1903, 5 février : arrêté d'ouverture de l'enquête sur le nombre et l'emplacement des stations.
1903, 12 juin : lettre du ministre au préfet au sujet de l'enquête sur les stations de le ligne, le nom de la Giraud est accolé à celui d'Asnières et une halte supplémentaire est accordée à la Laigne.
1908, 12 mai : lettre du ministre dans laquelle il donne satisfaction à la commune, demandant à ce que la station porte le nom de "Asnières-La Giraud" et que l'arrêt de la Laigne porte le nom de "Moulin de la Laigne".

A.D. Charente-Maritime. Série S, 5 S 418.
1911, 10 juin : autorisation d'ouverture à l'exploitation de la section Saint-Jean d'Angély-Saintes de la ligne Saint-Jean d'Angély-Saujon.

Documents figurés

A.D. Charente-Maritime. Série S, 5 S 420.
Plan parcellaire des terrains à acquérir pour la ligne de chemin de fer, 1911.
Lire la suite...


Illustrations

Fig. 1
Plan parcellaire des terrains acquis pour la ligne de chemin de fer de Saint-Jean d'Angély à Saujon, section de Saint-Jean d'Angély à Saintes, la station d'Asnières, 1911.
Fig. 2
Une vue de la gare, carte postale ancienne, milieu du 20e siècle.
Fig. 3
Une vue de la gare et de l'ancienne halle aux marchandises, depuis le sud-ouest, 1988.
Fig. 4
Une vue de la gare, depuis le sud-est, 1988.
Fig. 5
Une autre vue de la gare, depuis le sud-est, 1988.
Fig. 6
Un détail de la façade sur cour, depuis l'est, 1988.
Fig. 7
Une vue des anciens sanitaires, depuis le sud-est, 1988.
Fig. 8
Une vue de la gare et de l'ancienne halle aux marchandises, depuis le sud-ouest.
Fig. 9
Une vue de la gare côté quai, depuis le sud-ouest.
Fig. 10
La façade de la gare côté quai, depuis le sud-ouest.
Fig. 11
Une vue de la gare, depuis le sud-est.
Fig. 12
Une autre vue de la gare, depuis le sud-est.
Fig. 13
Un détail de la façade sur cour, depuis le sud-est.
Fig. 14
Un détail du belvédère, depuis le sud-est.
Fig. 15
Un détail de l'inscription sur la façade sud, depuis le sud-est.
Fig. 16
Un détail des ouvertures de la façade sur cour, depuis le sud-est.
Fig. 17
Un détail des décors des ouvertures de la façade sur cour, depuis le sud-est.
Fig. 18
Un détail des décors de la façade sur cour, depuis le sud-est.
Fig. 19
L'ancienne halle aux marchandises, depuis le sud-ouest.

Voir

Asnières la Giraud, Présentation de la commune
Asnières la Giraud, Voie ferrée

Date de l'enquête : 2015

Région Poitou-Charentes / Service de l'inventaire général du patrimoine culturel. Chercheur(s) : Lhuissier Nathalie. (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel, 2015 ; (c) Communauté de Communes des Vals de Saintonge, 2015. Renseignements : Centre régional de documentation du patrimoine, 102 Grand'Rue - B.P. 553, 86020 Poitiers cedex, tél : 05.49.36.30.07.

Document produit par RenablLyon : (c) Ministère de la Culture et de la Communication